Différence entre Ebola et le sida | Différence Entre | fr.natapa.org

Différence entre Ebola et le sida




Différence clé: La principale différence entre le sida et Ebola réside dans le fait qu’une personne séropositive peut vivre plus de 10 ans sans même avoir le sida. Cependant, une personne infectée par le virus Ebola commencera à présenter des symptômes dans les 2 à 21 jours.

Ebola et le SIDA sont deux maladies différentes qui peuvent attaquer les humains. Le virus Ebola est causé par le virus Ebola, alors que le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) est causé par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Alors que le sida est en réalité le dernier stade de l'infection causée par le VIH, le terme est souvent utilisé pour l'ensemble de la maladie. La principale différence entre le sida et Ebola réside dans le fait qu’une personne séropositive peut vivre plus de 10 ans sans même avoir le sida. Cependant, une personne infectée par le virus Ebola commencera à présenter des symptômes dans les 2 à 21 jours. Néanmoins, un patient atteint du virus Ebola ne peut pas infecter une personne jusqu'à ce qu'il commence à montrer des symptômes, alors qu'une personne infectée par le VIH peut infecter d'autres personnes même s'il ne présente aucun symptôme. Une autre différence entre le virus Ebola et le SIDA réside dans le fait qu’avec un traitement approprié, une personne peut prolonger le sida, même si elle est déjà infectée par le VIH, ce qui signifie qu’une personne peut vivre longtemps et en assez bonne santé. Cependant, il y a 25% à 90% de chances qu'une personne atteinte du virus Ebola décède. Cependant, Ebola est assez isolé, comparé au VIH et le nombre de cas touchés par Ebola est beaucoup moins important que le VIH. En 2012, environ 35,3 millions de personnes vivaient avec le VIH dans le monde, alors qu'Ebola comptait 1 716 cas répartis sur 24 épidémies jusqu'en 2013. L'épidémie de 2014 en Afrique de l'Ouest avait enregistré 13 567 cas d'Ebola jusqu'au 29 octobre 2014, entraînant la mort de 4 960 personnes. Bien que les deux puissent se propager par l’échange de fluides corporels, tels que le sang, le sperme, le lait maternel, etc., le virus Ebola peut également se transmettre par l’urine, la salive, la sueur, les selles et les vomissures, ce qui le rend plus rapide et plus facile à propager. HIV.

Les symptômes des deux maladies diffèrent également. Dans les deux jours à trois semaines qui suivent le contact avec Ebola, le patient peut présenter des symptômes de fièvre, maux de gorge, douleurs musculaires et maux de tête. Cela se traduit par des vomissements, une diarrhée et une éruption cutanée, ainsi que par une insuffisance rénale et hépatique. Dans certains cas, les patients présentent des saignements internes et externes, tels que suintement des gencives ou sang dans les selles. Cela aboutit finalement à la mort entre six et seize jours après avoir contracté la maladie. L’infection par le VIH se divise en trois phases: l’infection aiguë, la latence clinique et le sida. Alors que les deux premiers stades du VIH incluent des symptômes tels que fièvre, ganglions lymphatiques enflés, inflammation de la gorge, éruptions cutanées, douleurs musculaires, malaises et plaies de la bouche et de l'œsophage, le pire et le troisième stade du SIDA sont les pires. Le SIDA se caractérise par un faible nombre de cellules T CD4 +, inférieur à 200 par microlitre, ce qui permet à d'autres infections opportunistes de s'enraciner et de causer des ravages dans le corps. Cela augmente également les risques de divers cancers d'origine virale, notamment le sarcome de Kaposi, le lymphome de Burkitt, le lymphome primitif du système nerveux central et le cancer du col de l'utérus. Comparaison entre Ebola et le sida:

Ebola

sida

Connu comme

Maladie à virus Ebola (Ebola), fièvre hémorragique Ebola (FHE)

Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA)

Causé par

un virus de la famille Filoviridae, genre Ebolavirus:

  • Virus Ebola (virus Ebola Zaïre)
  • Virus du Soudan (virus Ebola du Soudan)
  • Virus de la forêt de Taï (Ebolavirus de Taï Forest, anciennement Ebola de Côte d’Ivoire)
  • Virus Bundibugyo (Bundibugyo ebolavirus)
  • Virus Reston (virus Ebola Reston) (uniquement chez les primates non humains)

Un lentivirus; sous-groupe de rétrovirus.

Deux principaux types de virus:

  • VIH type 1 (VIH-1)
  • VIH type 2 (VIH-2)

D'abord découvert

En 1976 près de la rivière Ebola dans l'actuelle République démocratique du Congo

D'abord observé cliniquement en 1981 aux États-Unis. Cependant, cela remonte aux années 1920 dans l'actuelle République démocratique du Congo.

Hôtes naturels

Fruits chauve-souris de la famille des Pteropodidae

Le VIH-1 est lié aux virus trouvés chez les chimpanzés et les gorilles vivant en Afrique occidentale, alors que les virus VIH-2 sont liés aux virus trouvés chez le mangabey à la suie des primates d'Afrique de l'Ouest, une espèce menacée.

Transmission

  • Contact étroit avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels d'animaux infectés
  • Transmission d'homme à homme par contact direct (par le biais d'une peau déchirée ou de muqueuses) avec le sang, les sécrétions, les organes ou d'autres fluides corporels de personnes infectées, ainsi qu'avec des surfaces et des matériaux (par exemple, la literie ou les vêtements) contaminés par ces fluides.
  • Transfert de sang, de sperme, de liquide vaginal, de pré-éjaculation ou de lait maternel.
  • De mère en enfant pendant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement (transmission dite verticale).

Période d'incubation (intervalle entre l'infection par le virus et l'apparition des symptômes)

2 à 21 jours

Jusqu'à 10 ans, mais peut être augmenté avec un traitement.

Symptômes

Fièvre, fatigue, douleurs musculaires, maux de tête et maux de gorge. Viennent ensuite des vomissements, de la diarrhée, des éruptions cutanées, des symptômes d'insuffisance hépatique et rénale et, dans certains cas, des saignements internes et externes.

L’infection par le VIH se divise en trois phases: l’infection aiguë, la latence clinique et le sida.

  • Infection aiguë: fièvre, adénopathies douloureuses, inflammation de la gorge, éruption cutanée, maux de tête et / ou plaies de la bouche et des organes génitaux. Peut inclure nausée, vomissement, diarrhée, neuropathie périphérique ou syndrome de Guillain-Barré.

  • Latence clinique: fièvre, perte de poids, problèmes gastro-intestinaux, douleurs musculaires et adénopathies.

SIDA: pneumonie à pneumocystis, cachexie sous forme de syndrome de dépérissement dû au VIH, candidose oesophagienne et infections des voies respiratoires. Symptômes systémiques tels que fièvre prolongée, sueurs (en particulier la nuit), diarrhée, ganglions lymphatiques enflés, frissons, faiblesse et perte de poids. Risque accru de développer un sarcome de Kaposi, un lymphome de Burkitt, un lymphome primitif du système nerveux central et un cancer du col utérin.

Diagnostic

La confirmation est faite en utilisant les investigations suivantes:

  • test d'immunosorbant lié à une enzyme de capture (ELISA)
  • tests de détection par antigène
  • test de séroneutralisation
  • test de réaction en chaîne de la transcriptase polymérase inverse (RT-PCR)
  • microscopie électronique
  • isolement du virus par culture cellulaire.

La confirmation est faite en utilisant un test ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay) pour détecter les anticorps anti-VIH-1.

S'il est positif, il est suivi d'un transfert Western ou, plus rarement, d'un test d'immunofluorescence (IFA).

Considéré séropositif uniquement si les deux tests sont positifs.

Traitement

La réhydratation avec des fluides oraux ou intraveineux et le traitement de symptômes spécifiques améliorent le taux de survie.

Le traitement consiste en un traitement antirétroviral à haute activité (HAART) qui ralentit la progression de la maladie. Le traitement comprend également le traitement préventif et actif des infections opportunistes.

Article Précédent

Différence entre les protocoles IMAP et POP3

Article Suivant

Différence entre Celsius et Kelvin